Les VRAIS-PERDANTS : NOUS !

IMPACT VISUEL 


Nous sommes trop souvent abusés par les promoteurs qui nous proposent des "photomontages" trompeurs. 

Normalement un photomontage "respectueux et sincère" devrait apparaître sur 2 feuilles A3 soit : 29,7 cm X 2 fois la longueur 42 cm c'est à dire un rapport 1cm de haut pour 2,83cm de large. (Préfet de la Côte d'Or - Pôle de compétence) ici nous avons manifestement un photomontage trompeur le rapport est de 1 pour 4,90 ! Ce rapport écrase la hauteur des éoliennes. 

De plus, le point de vue choisi est très particulier : 
  • Le village de Montbut est situé sur la droite du chemin, on l'entr'aperçoit à droite au travers de l'arbre le plus haut. 
  • À gauche, au premier plan, les arbres flamboyants attirent le regard en opposition aux éoliennes qui se fondent dans le ciel laiteux. 
  • Le seul point de repère est un hangar vert qui se confond avec la végétation.
"photomontages" trompeurs

En dépit de la poésie lyrique affichée par le constructeur "Cette scène de paysage pastoral ou la prairie s'élève doucement vers les bois et le ciel , aujourd'hui sans grand relief, se trouvera rehaussée et reliée aux météores par les eoliennes."  la réalité des éoliennes est beaucoup plus prosaïque. Elles culminent à 150 mètres (50 étages) et dominent la forêt environnante. La perception visuelle la plus juste serait proche de cette perspective : 

 Si vous voulez connaître l'impact visuel des éoliennes près de chez vous 

RENDEZ-VOUS ICI

IMPACT ÉCONOMIQUE.


A l'exception du propriétaire, les habitants ne perçoivent aucune subvention ni indemnisation dues à l'implantation d'éoliennes dans la commune.

De plus :   
  • En raison des contrats qui lient EDF aux compagnies éoliennes, nous devons payer l'électricité beaucoup plus chère. Ce surcoût est répercuté, en partie, sur notre facture à la ligne CSPE. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) évalue ce surcoût pour 2017 à 5,650 Milliards d’€, soit une augmentation de 19,7% en un an. (4,720 Milliards « seulement » étaient prévus pour 2016 lors de la précédente délibération d’octobre 2015 - Cf video ci-dessus " CSPE la spéculation verte" éditée par le Comité Central Entreprise EDF) 
  • Autre incidence économique, dans une quinzaines d'années, à l'issue de l'exploitation, les habitants de la commune devront payer pour procéder au démontage des éoliennes si la Cie ou le propriétaire ne le peuvent pas.
Les assureurs proposent d'assurer la décote en cas d'implantation d'un parc éolien
  • La plus forte incidence économique sur notre vie est la dépréciation de la valeur des biens immobiliers. Selon la distance cette baisse peut atteindre 20 à 40%. A proximité du parc (moins de 1 000m) il est quasiment impossible de vendre. On peut donc comparer le montant des pertes occasionnées aux villageois (entre 20 à 35 000€ par propriété) aux sommes qui seront perçues par la commune.
Gites de France - Berry -

 Mais il y a egalement de graves conséquences économiques pour la Région. Quasiment aucun emplois locaux à long terme (ZÉRO pour la CREUSE) et Opération évidemment désastreuse pour notre balance commerciale. 

En effet, 

  • Les grands fabricants d'éoliennes terrestres sont étrangers : allemand (Siemens ou REpowel), danois ( Vestas), chinois (Sinovel ou Goldwind) ... Areva et Alsthom les seuls français se sont spécialisés dans le off-shore, encore qu'Areva ait jeté l'éponge.
  • En ce qui concerne l'installation, les équipes sont également étrangères,
  • Elles sont de plus télépilotées à partir de stations implantées à l’étranger,
  • Pour ce qui est de la maintenance, sauf problème de fonctionnement, les éoliennes sont seulement visitées quelques jours par une équipe une seule fois par an.
En revanche, on peut s'attendre à de nombreuses pertes d'emplois dans l'agriculture et le tourisme ...

IMPACTS SANITAIRES.


Ne nous laissons pas berner par des propos apaisants.

En France on a eu Tchernobyl, le tabac, l'amiante, le distilbène, le médiator ... des catastrophes sanitaires dénoncées par nombre de pays, de scientifiques et d'associations bien avant que les autorités sanitaires françaises veuillent bien en prendre actes.

Ces 5 exemples illustrent le fait, qu'en France, le délai est excessivement long entre la période de soupçons d'une nuisance faisant suite à des observations cliniques, la lutte contre les lobbys industriels, les réticences administratives et enfin la diffusion de la vérité scientifique au public. L'étude française la plus "récente" sur le syndrome Eolien date de 2008, alors que les Eoliennes n'avaient pas atteint ce gigantisme. L'ANSES devait rendre de nouvelles conclusions en 2015, puis courant 2016 et enfin début 2017, nous sommes fin février 2017 ... et toujours aucun rapport à l'horizon ! 

Car si la science ne pourra pas régler tous les problèmes du monde, une politique niant ou déformant la connaissance scientifique conduira immanquablement à des désastres.

Les sons, les infrasons, les flashs et l'effet stroboscopique émis par les éoliennes ont un impact réel sur la santé des hommes et des animaux; Elles gâchent la vie d'environ 25% de la population quand les turbines sont trop proches des habitations (moins de 1 500 mètres).

Le "Syndrome Eolien" a été mis en évidence, suite à de multiples observations cliniques, par des médecins anglo-saxos (américains, australiens, anglais, canadiens), danois, japonais etc... depuis de nombreuses années (et encore récemment par l'acousticien de renommée internationale Steven Cooper ). il se traduit par : 
  • fatigue auditive et nerveuse         
  • stress et arythmies cardiaques  
  • troubles d'anxiété et déprimes  
  • effets sur la qualité et la quantité de sommeil. 

Les éoliennes provoquent 2 sortes de bruit : 


La nocivité du bruit dégagé par les éoliennes est de plus en plus reconnue ailleurs qu’en France où elle fait toujours l’objet d’un large déni. Scientifiques et organismes officiels  prennent de plus en plus position notamment à l’égard du bruit admissible par des riverains. 

Les Sons Audibles :  
  • Bruits mécaniques liés à la transmission et à l'alternateur qui ont été réduits grâce aux efforts des constructeurs. 
  • Bruits mécaniques provenant des pales qui font tout de même 1500 révolutions / mn grâce à un multiplicateur de vitesse pour entraîner le générateur. Le bruit produit par une éolienne atteint 120 dB au niveau de la nacelle (bruit d'une discothèque), et selon les constructeurs,45 dB à 300m (bruit dans un bureau). Évidemment ensuite il faut considérer le nombre d 'éoliennes et d'autres facteurs comme la topographie, le bruit ambiant, etc… Les progrès technologiques permettant de réduire le bruit des éoliennes sont malheureusement contrebalancés par le fait que les machines sont de plus en plus puissantes.  Elles sont aussi de plus en plus hautes, (90 puis 150 m) or les sons se propagent plus facilement si leur source est plus élevée, puisqu'en hauteur il y a moins d'obstacles à leur propagation. 
  • Le bruit aérodynamique qui ne peut être éradiqué est causé par les irrégularités de flux d'air autour des pales, autour de la tour, et par les changements de vitesse du vent. Jusqu'à15m/s, les pales fendent l'air comme les ailes d'un planeur et émettent un bruissement (appelé swish en anglais)… Au delà, des turbulences sur le bord de fuite de la pale génèrent des bourdonnements. A chaque passage dans l'alignement du pylône, les pales émettent un "waf" qui ressemblent à un jappement. C'est ce bruit cadencé et continuel qui perturbe nuit et jour les riverains.
2 - Les Infrasons, pollution discrète et pernicieuse :

Les sons dont le spectre est partiellement ou totalement en dehors de l'intervalle 20 Hz - 20 kHz sont classiquement qualifiés d'inaudibles. Pourtant, la sensibilité de l'oreille s'étend en dehors de cet intervalle, même si elle est beaucoup plus faible pour les infrasons (basse fréquence) comme pour les ultrasons (haute fréquence). De plus, l'être humain peut percevoir les infrasons comme les ultrasons par d'autres voies que le seul chemin auditif. 

On pourrait penser que l'émission d'infrasons et sons de basse fréquence (ISBF) par les éoliennes industrielles est une découverte récente.  Or il s'agit d'un phénomène identifié depuis des dizaines d'années et qui a fait l'objet d'études parfaitement acceptées, bien avant que l'éolien industriel devienne un sujet polémique. Il est possible de faire connaissance avec ce que sont les infrasons et les sons de basse fréquence (ISBF) en consultant les publications de l’Institut national de recherche et de  sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles INRS. (Perception des infrasons). 
En Février 2015 : Le groupe industriel Pacific Hydro en Australie reconnait le lien irréfutable entre les infrasons de ses propres éoliennes et les symptômes ressentis. Il faut savoir que si les mâts sont en majorité fabriqués dans le pays, les pales et les nacelles sont importées ; le marché des turbines reste dominé par Vestas (54 %) et REpower (30 % avec Suzlon), suivis par Acciona Energy (9 %).
  • Les infrasons ou vibrations acoustiques à basse fréquence sont nettement moins connus, parce qu'ils ne sont pas perceptibles par l'oreille mais, très puissants, ils se propagent dans l'air plus vite que le vent (vitesse: 360m/s), et à de plus longues distances de leur source d'émission que les sons audibles car ils perdent moins énergie. Aucun obstacle ne les arrête, ni les arbres, ni le vent, ni les murs des maisons, et l'insonorisation des fenêtres est inefficace contre les infrasons. La découverte du potentiel nocif des infrasons a été faite par hasard, par un acousticien français, le docteur Gavreau, qui officiait au Laboratoire d’électro-acoustique de Marseille. Ainsi fin 1963 le docteur Gavreau se rendit compte que les chercheurs de son équipe étaient sujets à des nausées et des maux de tête violents et inexplicables. Ils finirent par découvrir qu’un ventilateur en est la cause : la machine en fonctionnant émettait un son à une fréquence de 7 Hz qui, amplifié par le conduit d'aération où elle était encastrée, devenait insupportable bien qu'inaudible se concentra sur les infrasons, leurs effets sur le corps humain, et les armes infra-soniques qui pourraient en résulter. Il construisit un gigantesque orgue à infrasons qui, une fois démarré, a fait vibrer tout le bâtiment, et causé à l’équipe de très sérieux spasmes intestinaux et pulmonaires durant plusieurs jours (les fréquences de l'orgue entraient en résonance avec les fréquences des organes internes, mettant ceux qui y étaient longtemps exposés en danger de mort).
Les infrasons ont des effets destructeurs, mécaniques et 
physiologiques sur le corps humain.

  • Au Canada, dans le Wyoming, un arrêté prévoit des amendes de 500 à 10 000$ canadiens par jour pour les nuisances dues aux infrasons des éoliennes ; plus de 80 municipalités de l’Ontario ont réclamé un moratoire (lire en anglais le texte de l'arrêté).
  • Aux Etats Unis, l’Etat du Wisconsin avait demandé à 4 cabinets d’acoustique de réaliser  une étude sanitaire sur le sujet. La déclaration commune des 4 cabinets spécialisés fut identique et mentionnait que les infrasons constituaient un problème grave susceptible de nuire définitivement à la filière Eolienne.
  • Les médecins Allemands réunis a Francfort du 12 au 15 Mai, ont attiré l’attention des autorités sur les risques trop ignorés, et volontairement sous estimés, de l’exposition aux basses fréquences et infrasons. Ce rapport souligne les graves effets sanitaires particulièrement néfastes des fréquences éoliennes inférieures à 1 Hz et il précise que leurs effets  potentiels, peuvent être perçus jusqu’à 10 Km de distance, et ce même en l’absence de toute rotation des pales, sous la seule action des vibrations solidiennes générées par le mat éolien.  
  • France, pays des lobbies cachés et des forces de pression organisées, l’Eolien a ses relais. On y a même trouvé la solution la plus efficace : l’arrêté ministériel du 26 aout 2011 dispense les éoliennes françaises de tout contrôle des basses fréquences. Et Hop ! le problème est réglé, il n’y a pas de fièvre puisqu’il n’y a pas de thermomètre. C’est comme si on disait que la radioactivité nucléaire n’est pas dangereuse puisqu’on ne la sent pas.

Les éoliennes émettent 2 sortes de pollution lumineuse :


1 - Des Flashs au sommet des nacelles visibles à plus de 5 km à la ronde.
    Quarante fois par minute, un flash apparaît (rouge la nuit et blanc la journée dont l'intensité est de 20.000 candelas). Le respect  des normes de sécurité aérienne française impose, en effet, l’utilisation d’un balisage lumineux dans le but de garantir la sécurité du transport aérien et des exercices militaires (arrêté du 13/11/2009). En contradiction flagrante avec l'article 41 du Grenelle Environnement  qui prône la nécessité de prendre en compte les impacts des émissions de lumière artificielle sur l’environnement «Les éclairages artificiels nocturnes constituent une source de perturbations significatives pour les écosystèmes, en modifiant la communication entre espèces, les migrations, les cycles de reproduction ou encore le système proie-prédateur» Ces flashs de balisage de jour, comme celui de nuit, sont considérés par de nombreux observateurs comme un élément de perturbation dans le paysage sur un rayon de plusieurs kilomètres. Ces flashs constituent en effet des points d’appel dans le paysage.

2 - L'Effet Stroboscopique  :  
Une éolienne projette une ombre sur le terrain qui l'entoure. Lorsque ses pales traversent la lumière du soleil, elle coupe cette ombre en morceaux et provoque ce que l'on appelle un effet stroboscopique. Face à cet effet, certaines personnes perdent l'équilibre ou souffrent de nausées, comme pour le mal des transports ou le mal de mer. Ce phénomène est dû au fait que les trois organes de perception de la position (oreille interne, yeux et récepteurs musculaires et articulaires) sont alors en désaccord : les yeux perçoivent un mouvement, alors que les oreilles et les muscles ne le perçoivent pas. Les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de migraine, ou de phénomènes associés comme le mal des transports ou le vertige, sont plus sensibles à ces effets. L'effet stroboscopique pourrait aussi provoquer des crises d'épilepsie.