FACTEUR de CHARGE & PRODUCTION

Qu’est-ce que le facteur de charge d’une unité de production électrique ?

« Le facteur de charge d’une unité de production électrique est le ratio entre l’énergie qu’elle produit sur une période donnée et l’énergie qu’elle aurait produite durant cette période si elle avait constamment fonctionné à puissance nominale. Il fournit une indication importante pour calculer la rentabilité d’une installation électrique."

Si l'on veut schématiser : votre voiture de sport affiche 250 km/h au compteur ce qui fait que théoriquement vous pourriez aller à Paris au depart de Gueret en 2 heures (120 minutes) Essayez ! C'est impossible. (Embouteillages, limitations de vitesse, brouillard, etc ...). Dans le meilleur des cas vous mettrez 4h30 (270 minutes). Le facteur de Charge sera donc de : 120/270 = 44,44%. 


Le facteur de charge varie d’une unité de production à une autre, notamment en fonction

  • de la source d’énergie (ex : intermittente ou non) ;
  • du niveau d’utilisation de l’unité de production (ex : arrêt forcé ou production limitée si la demande d’électricité est trop faible ou en cas de maintenance) ;
  • de sa localisation (ex : ensoleillement de la zone pour les panneaux solaires, vitesse du vent pour les éoliennes).

Selon RTE, les facteurs de charge pour l’année 2015 en France sont les suivants :

  • Nucléaire : 75 %
  • Eolien : 24,3 %  
  • Solaire : 15 % 

La période de temps généralement considérée pour calculer un facteur de charge de référence est une année. Celui-ci s’exprime généralement en pourcentage.

Prenons, par exemple, une éolienne de 2MW de puissance nominale. Sachant qu’une année correspond à 8 760 h (24 heures X 365 jours), cette éolienne pourrait, en théorie, produire au maximum : 8 760 h x 2 MW = 17 520 MWh (soit 17,52 GWh).

Si l’éolienne considérée produit dans les faits près de 4 000 MWh en un an, son facteur de charge est égal à : 4 000 / 17 520 = 22,8%.e

Prévisions des Facteurs de Charge du Parc Eolien de La Souterraine par Jour  :

http://www.thewindpower.net/windfarm_fr_18221_la-souterraine.php 

En Bleu : Facteur de Charge pour La Souterraine de Janvier 2017 - Moyenne : 15,47 % - En Vert : les températures relevées pendant cette même période.

Il est intéressant de constater que durant les deux dernières périodes de grands froids à savoir celle du 2 au 8 janvier (-0,3° à -10,1°) et celle du 19 au 25 janvier (-4,9° à -11,7°), les facteurs de charge, qui correspondent à la puissance disponible par rapport à la puissance totale installée, ont eu un rendement moyen de 5% et n'ont pas dépassé 13,1% !  

Imaginez une usine qui ne produit au maximum que 13 % en plein saison ... cela vous semble absurde mais c'est ce qu'ont réalisé les Eoliennes de La Souterraine. Pensez vous sincèrement que les futurs aérogénérateurs d'Anzeme, de St Fiel, de St Sulpice le Gueretois ou de Glenic auraient pu faire mieux ? 

Rétrospective Janvier 2017 : 

Le parc nucléaire français a donc été pointé du doigt pour avoir dû subir des contrôles en série concernant 12 réacteurs sur les 58. Cinq réacteurs ont même dû être arrêtés au moment où on avait le plus besoin d'eux. 

La vague de froid "Moscou Paris" s'est installé sur l'Europe le 12 janvier. Tandis que 8 réacteurs nucléaires étaient arrêtés pour maintenance ou contrôles. (Paluel 2, Fessenheim 2, Gravelines 5, Bugey 5, Civaux 2, Tricastin 4, et Bugey 4).
Ce même jour, ce parc nucléaire fonctionnait pourtant avec un taux de charge supérieur à 86% lors des 2 pointes de consommation du matin et du soir. Soit un taux d'efficacité proche de 100% des réacteurs disponibles.
Ce même 12 janvier, l'éolien français était au beau fixe avec ponctuellement plus de 8000 MW de puissance lors de la pointe de consommation du soir, mais moins de 2500 MW lors de la pointe du matin.

L'ALLEMAGNE EN DIFFICULTÉ : 
Le froid anticyclonique n'étant pas encore installé sur notre pays, la consommation de ce 12 janvier est restée inférieure à 80 000MW, ce qui a même permis à la France d'alimenter l'Allemagne où le froid anticyclonique, qui s'y était déjà installé, avait pratiquement supprimé toute efficacité à ses éoliennes (taux de charge tombé à 3%, avec 1,49 GW pour 49 GW installés).
Ce qui l'a forcée, toute la journée, à dépendre des disponibilités énergétiques de ses voisins pour importer afin de combler sa consommation. Sa colossale puissance éolienne/photovoltaïque, bien supérieure à celle de notre parc nucléaire mais ne fournissant plus rien dès la tombée de la nuit, ne lui a même pas permis, depuis 2002 de fermer le moindre MW de centrale pilotable.

Cette situation menaçait la France, qui devait, quelques jours plus tard, connaître un pic de consommation supérieur de presque 20 000 MW. C'est pourquoi l'autorité de sûreté nucléaire a autorisé le redémarrage du réacteur de la centrale de Civaux en ajournant le contrôle que justifiait un taux de carbone jugé excessif dans les fonds de ses générateurs de vapeur, fournis par les aciéries japonaises (JCFC). 
2016 : Taux de Charges pour la Nouvelle Aquitaine 17,6%